Retour à la page de la 2e Journée scientifique

2e Journée scientifique – Bilan et présentations

Qu’est-ce que l’innovation? Quelle place a-t-elle dans nos établissements de santé et de services sociaux? Comment ces établissements sont-ils outillés pour développer ou recevoir l’innovation? Comment les réformes actuelles dans le milieu influencent-elles la culture d’innovation? Autant de questions qui ont été discutées dans le cadre de la 2e Journée scientifique de l’AsQ.

Les participants ont eu l’occasion d’entendre des témoignages et des appels à l’action livrés de façon remarquable par des conférenciers engagés et passionnés. Nous vous offrons ici un bilan de leurs présentations.

*Cliquez sur le titre des présentations pour accéder aux résumés.

Ouverture

Mot de bienvenue - M. Michel Clair, Alliance santé Québec

Dans son allocution d’ouverture, monsieur Michel Clair a identifié trois défis majeurs auxquels est actuellement confronté le système de santé au Québec :

  1. une transformation démographique rapide et profonde;
  2. un défi d’adaptation aux nouvelles technologies de l’information tout autant que d’implantation dans les pratiques des résultats de la recherche; et
  3. un défi de transformation organisationnelle d’une ampleur jamais connue.

Tous ces changements se déroulent alors que la croissance réelle prévisible des ressources financières disponibles est presque nulle. Dans ce contexte, comment produire plus de soins et services et, surtout, produire plus de santé et de bien-être pour notre population ? « La solution passe par l’innovation comme antidote au sentiment d’impuissance, a souligné monsieur Clair, d’où l’importance d’une mobilisation sans précédent des cerveaux ». Les alliantistes, comme il s’est plu à les nommer, désignent ceux et celles qui s’inscrivent dans la stratégie de l’Alliance santé Québec, en partagent les valeurs et acceptent de mettre à contribution leur expertise pour le mieux-être de la population, la promotion de la santé durable et la prospérité de l’économie régionale.

Lire le discours de monsieur Michel Clair, président, Alliance santé Québec

Rapport d’activités et positionnement dans l’écosystème régional - Dr Jean-Pierre Després, Alliance santé Québec

Après avoir brièvement rappelé la mission, la vision et les objectifs de l’Alliance santé Québec (AsQ), le directeur de la science et de l’innovation, Dr Jean-Pierre Després, a exposé certains principes qui guident les actions entreprises à ce jour, notamment l’importance de créer de la valeur pour le citoyen/patient, de rapprocher les démarches cliniques des approches de santé publique et de nourrir une culture de l’innovation sous le couvert de l’AsQ par le biais de grands chantiers et projets intersectoriels. Il a également fait état de diverses manifestations déjà fort concrètes de retombées potentielles, notamment en matière d’attraction de projets majeurs de recherche à l’échelle nationale et internationale et de réflexions transdisciplinaires autour d’opportunités de financement pour la recherche. Les représentants de l’AsQ notent aussi une capacité accrue d’intervenir auprès d’intervenants gouvernementaux pour faire valoir comment et à quel point l’innovation est une voie incontournable pour changer certains paradigmes et améliorer la performance des systèmes de santé et de services sociaux.

Voir la présentation de Dr Jean-Pierre Després, directeur de la science et de l’innovation, Alliance santé Québec

Présentation des chantiers structurants de l'Alliance santé Québec

Tour à tour, les responsables des quatre chantiers en cours sont venus présenter l’état de leurs travaux. De façon générale, les derniers mois ont permis d’établir les mandats de chacun des chantiers et d’amorcer les réflexions sur les actions qui seront entreprises davantage en 2016. On retient également que près de 90 personnes sont déjà activement engagées dans ces travaux, un témoignage éloquent de la conviction partagée par plusieurs quant aux bénéfices attendus de cette mobilisation sans précédent.

Voir les présentations des quatre chantiers en cours:

Visitez la page Web des chantiers pour en savoir plus

L’innovation : perspectives du milieu de la santé

Un réseau convié à innover : lorsque les alliances s'imposent - Mme Gertrude Bourdon, CHU de Québec-Université Laval

Une part importante de cette Journée scientifique a porté sur la place qu’occupent les établissements de santé et de services sociaux comme demandeurs d’innovation. La première allocution sur ce thème a été présentée par madame Gertrude Bourdon, présidente et directrice générale du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec-Université Laval. Cette dernière a d’abord insisté sur le fait que les établissements de santé étant du domaine public, ceux-ci doivent voir l’innovation avec le regard des politiques publiques, selon des logiques différentes de celles prévalant dans le secteur privé. Parmi les grands défis qui requièrent de nouvelles approches, elle mentionne les exigences de gouvernance plus performante et réduite de la part des établissements de santé, l’amélioration attendue pour l’accès aux soins, la nécessité impérative de systèmes de mesure afin de déterminer les coûts des services, la capacité de mesurer la santé de la population, sans compter les technologies permettant de réduire les coûts pour la prestation des services et la capacité de répondre aux citoyens qui veulent savoir où vont les investissements en matière de santé et de services sociaux. Faisant référence à la désirabilité, la faisabilité et la viabilité de l’Alliance santé Québec, madame Gertrude Bourdon a souligné à quel point cette mobilisation arrive à point nommé pour établir des ponts essentiels entre la recherche, les besoins en matière de santé, les volontés des élus et les orientations ministérielles, les objectifs et les attentes d’une gamme d’intervenants avec des logiques diverses, dont les entreprises et les établissements, et les attentes de la population, tout ceci dans la perspective de standardiser les meilleures pratiques. « L’Alliance va nous amener plus loin que ce qu’on pensait », a-t-elle souligné, en rappelant que la grande région de Québec a tous les atouts et les forces vives pour réussir son pari de mobilisation, mais qu’il allait falloir y mettre du temps.

Lire le discours de Mme Gertrude Bourdon, PDG, CHU de Québec-Université Laval

Perspectives de l’INESSS sur l’innovation dans le système de santé - Dr Luc Boileau, INESSS

Le mandat de l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) étant de soutenir le réseau de la santé dans la poursuite de l’excellence des pratiques et de l’utilisation efficiente des ressources par la mobilisation des connaissances et des acteurs, ces derniers ont fait valoir certains éléments ayant actuellement une influence marquée sur les parcours d’innovation: une transformation majeure du réseau, des ressources limitées, des défis de rétention, des interventions pour les patients qui , tout en étant prometteuses, sont de plus en plus couteuses, des attentes élevées, des technologies porteuses mais dont la durée de vie est courte, l’absence de processus formels d’évaluation des technologies, l’intégration de multiples ressources, la perception que ce qui est nouveau est nécessairement mieux (ce qui n’est pas toujours le cas), le passage rapide de l’idée à l’implantation en court-circuitant la démonstration et l’analyse des enjeux. Rappelant que l’innovation ne consiste pas à trouver une idée mais plutôt à la rendre durable, ils ont souligné l’importance d’un dialogue précoce pour bien comprendre les besoins du réseau. Ils se sont également interrogés sur les façons de faire pour impliquer les patients dans les processus de réflexion de propositions de valeur par rapport à d’autres options thérapeutiques, pour le patient et pour le système. Ils ont par ailleurs identifié des enjeux dans l’établissement d’interfaces entre les univers de la recherche et de l’évaluation, en soulignant l’importance d’intégrer des indicateurs qui mesurent la sécurité et l’efficacité ainsi que la nécessité que les devis de recherche soient mixtes, participatifs et adaptatifs. Ils ont aussi insisté sur l’importance de reconnaître la richesse de l’évaluation en milieu réel de soins.

Voir la présentation de Dr Luc Boileau, PDG, et Dre Michèle De Guise, directrice, Institut national d’excellence en santé et services sociaux

Du concept à l’innovation au service du patient - Dr Michel G. Bergeron, Centre de recherche en infectiologie-Université Laval

Reconnu pour ses réussites de recherche et entrepreneuriales, Dr Michel G. Bergeron, directeur du Centre de recherche en infectiologie de l’Université Laval a pour sa part expliqué les facteurs qui conduisent à l’innovation, notamment l’intégration de tous les acteurs, l’importance de briser les silos, les défis d’adaptation et d’adoption des technologies qui, souvent, requièrent un changement de culture pour tous les intervenants, des patients en passant par les travailleurs, les professionnels et la direction, la nécessité d’impliquer les patients, l’étanchéité des brevets issus de la recherche et l’implication continue de l’inventeur sans pour autant que celui-ci préside l’entreprise qui en découle. Dans son domaine d’expertise, il a également insisté sur la rapidité d’obtention des résultats en tant que critère d’adoption des nouvelles technologies. De façon plus générale, il a fait part de sa vision quant aux changements profonds qui s’annoncent pour la pratique médicale, surtout dans le contexte où de plus en plus, les patients pourront eux-mêmes utiliser les technologies, surtout en matière de diagnostic, et avoir recours aux pharmacies comme ligne d’accompagnement et de soins avant l’intervention de leur médecin.

Voir la présentation de Dr Michel G. Bergeron, fondateur et directeur, Centre de recherche en infectiologie-Université Laval

Panel des établissements de santé et de services sociaux :  visions, besoins et défis en innovation

Synthèse du panel - Dr Jean-Louis Denis, École nationale d'administration publique

Les présentations subséquentes ont eu lieu sous forme d’un panel animé par Dr Jean-Louis Denis, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance et la transformation des organisations et systèmes de santé. Tour à tour, les panellistes ont été invités à présenter ce que, en tant que dirigeant d’un établissement de santé, représentent pour eux les principaux enjeux et barrières à l’innovation.

Les discussions du panel ont également fait ressortir l’importance d’évaluer l’impact potentiel de changements rendus possibles par l’innovation sur d’autres volets des systèmes de santé et de services sociaux, de façon à ce que les synergies les plus optimales soient créées. Certains ont aussi souligné des contraintes majeures d’interaction avec le secteur privé pour les phases de développement d’une innovation dans un contexte où, pour les phases d’implantation, les établissements de santé et de services sociaux sont tenus de procéder par appel d’offres. Il faut donc repenser les façons dont les établissements et les chercheurs peuvent travailler de concert avec l’industrie qui, légitimement, souhaite des retours sur ses investissements. En ce qui a trait à la définition d’un nouveau partenariat avec le citoyen/patient, les panellistes ont convenu que les mécanismes restent à construire et valider. Parmi les questions qui requièrent réflexion à cet égard : Comment l’information peut-elle être recueillie auprès des patients pour que ce soit représentatif ? Quels sont les attributs d’un patient expert ?

Lors de la conclusion du panel, Dr Jean Louis Denis a rappelé certains constats généralisés, notamment le fait que l’Alliance santé Québec représente une occasion inédite de provoquer de nouvelles idées et qu’il sera important d’innover non seulement en matière de technologies et de produits, mais également sur le plan des modèles d’organisation, de gestion et de logistique ainsi que de la transformation des pratiques professionnelles au sein des systèmes de santé et de services sociaux.

L'innovation à l'IUCPQ-Université Laval - M. Denis Bouchard, IUCPQ-Université Laval

Pour M. Denis Bouchard, président-directeur général de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ) affilié à l’Université Laval, un des enjeux majeurs dans une perspective de santé durable est de donner à la médecine de première ligne les ressources nécessaires pour mesurer et suivre les comportements des citoyens afin d’être en mesure d’investir en prévention et ce, en parallèle aux besoins du réseau en matière de prestations d’ordre curatif. En utilisant l’exemple du Défi Entreprise parrainé par l’IUCPQ-Université Laval, la chercheuse Dre Natalie Alméras a poursuivi la présentation en faisant le parallèle entre le secteur privé, pour lequel l’innovation en matière de santé est généralement vue comme un investissement dans ses ressources humaines, alors que dans le secteur public, le recours à des services innovants pour la santé des employés est plutôt perçu comme une dépense de deniers publics. Il est devenu impératif, selon elle, d’être en mesure de quantifier les coûts évités lorsque, notamment, des mesures préventives sont mises en œuvre.

Voir la présentation de M. Denis Bouchard, PDG, et Dre Natalie Alméras, chercheuse, IUCPQ-Université Laval

L'innovation au CISSS de Chaudière-Appalaches - M. Daniel Paré, CISSS de Chaudière-Appalaches

Monsieur Daniel Paré, président-directeur général du CISSS de Chaudière-Appalaches, a pour sa part présenté l’innovation comme l’huile essentielle du moteur du développement organisationnel. Parmi les besoins d’innovation les plus pressants, il imagine une réduction de la distance pour les usagers par les nouvelles technologies, une intégration accrue des technologies de l’information et de communications dans les systèmes de santé, lesquelles doivent être dynamiques, adaptatives, faciles d’utilisation et offrant des résultats en temps réel, et de nouveaux modèles de pratique et d’organisation cliniques qui permettront d’éliminer les silos et de réorganiser les services en fonction de critères de pertinence. Évoquant le paradoxe voulant que plus on augmente l’accès aux soins, plus la demande est forte, il voit également la nécessité de prioriser les technologies qui permettront d’habiliter les citoyens à agir directement sur leur santé par l’auto soin. Par ailleurs, il souligne que les besoins sont grands pour des technologies en matière d’approvisionnement stratégique et de logistique, les établissements de santé n’ayant pas l’expertise pour développer de tels systèmes de suivis pourtant essentiels, compte tenu de l’efficience recherchée.

Voir la présentation de Daniel Paré, PDG, CISSS de Chaudière-Appalaches

L'innovation au CHU de Québec-Université Laval, M. Daniel La Roche, CHU de Québec-Université Laval

Le directeur de l’évaluation, de la qualité, de l’éthique et de la planification des affaires juridiques du CHU Québec-Université Laval, monsieur Daniel La Roche, est venu expliquer comment l’établissement a mis sur pied divers mécanismes pour évoluer vers une transformation en profondeur d’infrastructures, de façons de faire et de modes de gestion. Ces actions ont notamment donné lieu à une grande participation de médecins, de professionnels, de gestionnaires et de patients dans les activités de conception. Parmi les retombées constatées, une vision plus précise de l’organisation clinique et des besoins, une orientation auprès des patients mieux définie, le développement plus rapide du projet et une transparence accrue auprès des équipes cliniques. Monsieur Daniel La Roche a par ailleurs appelé l’Alliance à ne pas négliger l’importance de l’innovation en matière de gestion pour faire face aux énormes défis auxquels les systèmes de santé et de services sociaux sont confrontés.

Voir la présentation de Daniel La Roche, directeur de l’évaluation, de la qualité, de l’éthique et de la planification des affaires juridiques, CHU de Québec-Université Laval

L'innovation au CIUSSS de la Capitale-Nationale - M. Michel Delamarre, CIUSSS de la Capitale-Nationale

Le président directeur général du CIUSSS de la Capitale-Nationale, monsieur Michel Delamarre, a souligné que la création des CISSS et des CIUSSS est en soi une innovation qui génère des occasions à saisir pour développer une réelle capacité à faire les choses autrement et à valeur ajoutée. Parmi les besoins d’innovation qu’il a identifiés: un accès réel aux données cliniques nécessaires pour offrir des soins de qualité à la grandeur du territoire, une capacité de saisie de données standardisées, intégrées et partageables à des fins administratives, cliniques et de recherche, une capacité d’assurer une contribution optimale du patient dans l’évolution de sa maladie et dans les soins et services reçus par l’utilisation des technologies, des cadres d’intervention avec une approche territoriale intégrée, visant l’équité en santé, et une capacité de composer avec de nouvelles épidémies et d’agir différemment en matière de prévention et d’intervention.  Son collègue et directeur à la logistique pour le CIUSSS de la Capitale-Nationale, monsieur Marc Thibault, a expliqué comment l’établissement travaille sur les flux des personnes, des matières et des informations, dans une perspective d’efficience et d’imputabilité. Les propos de madame Hélène Groleau, du Centre de services intégrés sur l’abus et la maltraitance des enfants du CIUSSS de la Capitale-Nationale, ont porté sur l’importance d’assurer une fluidité de la trajectoire des services et une standardisation des procédures de partage des informations.

Voir la présentation de Michel Delamarre, PDG, Marc Thibeault, directeur, et Hélène Groleau, travailleuse sociale, CIUSSS de la Capitale-Nationale

« L’Alliance est résolument en marche, on rapproche des univers, un projet de société est en voie de prendre forme, et revenir en arrière n’est plus une option! », a lancé Dr Jean-Pierre Després en guise de conclusion, soulignant du coup la réussite de l’évènement grâce également à la participation de près de 150 personnes et la qualité des interventions issues de la salle.

Ces sujets vous intéressent ? Contactez-nous!

capture