Projets financés

Par son Programme de soutien aux projets structurants en santé durable, l’Alliance santé Québec soutient le démarrage de projets intégrateurs qui contribuent à l’activation de l’écosystème apprenant et qui visent à éliminer des cloisons entre les disciplines et les différents secteurs d’activité, en permettant d’apporter un éclairage nouveau sur les différents enjeux reliés à la santé durable.

Consultez ci-dessous la liste et les résumés des projets qui se sont démarqués et qui démontrent la force et l’importance des collaborations interdisciplinaires et intersectorielles dans la résolution de ces défis de plus en plus complexes. 

 

Projets financés en 2020-2021

Résumés des 6 projets gagnants de l’Appel à propositions 2020-2021


Traiter l’os pour prévenir l’hypertension et les maladies cardiovasculaires chez les femmes ménopausées

Responsable principal
Mohsen Agharazii, Faculté de médecine, Université Laval, CHU de Québec-Université Laval

Coresponsables
Fabrice Mac-Way, Faculté de médecine, Université Laval, CHU de Québec-Université Laval
Claudia Gagnon, Faculté de médecine, Université Laval, CHU de Québec-Université Laval

Domaine de recherche ou d’intervention: Santé de la femme, santé publique

Au Québec, plus de 1,5 million de femmes sont ménopausées, et la ménopause affecte à la fois la santé osseuse et la santé cardiovasculaire. L’évolution des connaissances suggère qu’il y a un lien entre la fragilité osseuse et les maladies cardiovasculaires chez la femme. Cependant, les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires chez la femme ont été relativement sous-étudiés. S’inscrivant dans une démarche de santé durable, ce projet de recherche participative vise à générer une collaboration concertée entre les patientes partenaires, étudiants, chercheurs et cliniciens de différentes disciplines afin de développer une stratégie thérapeutique innovante dans le but d’améliorer la santé et le bien-être des femmes. Plus spécifiquement, nous désirons identifier et utiliser des approches thérapeutiques pour préserver la santé osseuse dans les premières années après la ménopause afin de prévenir l’apparition de complications cardiovasculaires. La réalisation de ce projet aura des retombées directes pour le développement de la recherche dans la grande région de Québec, à la fois en termes de subventions de recherche et d’innovation thérapeutique pour la santé des femmes. Le soutien de l’AsQ est essentiel dans ce projet pour l’implantation d’une structure logistique fonctionnelle permettant le regroupement et la collaboration intersectorielle des experts dédiés, plaçant ainsi la région de Québec au rang de leader dans le domaine de la santé de la femme.

VITA-Lab: Transformer l’imaginaire social du vieillissement en alliant les arts et la science au service du vieillissement en santé

Responsable principale
Émilie Dionne, Faculté des sciences sociales, Université Laval, CIUSSS de la Capitale-Nationale

Coresponsables
Thierry Belleguic, Faculté des lettres et des sciences humaines, Université Laval
Éric Gagnon, Faculté des sciences sociales, Université Laval, CIUSSS de la Capitale-Nationale

Domaine de recherche ou d’intervention: Sciences de la santé, sciences sociales, arts et lettres (des enjeux de santé durable et du bien-être du vieillissement)

Vivre et vieillir en santé constitue un enjeu de taille dans les sociétés occidentales où les idéaux de l’autonomie et l’indépendance dominent et forgent nos imaginaires sociaux. Il importe d’œuvrer à la production de nouveaux savoirs et récits d’expériences, issus de la pratique et du contexte réel du vécu, pour transformer l’imaginaire social du vieillissement, soutenir des pratiques de soin nouvelles et en émergence et en imaginer de nouvelles. Le projet VITA-Lab vise la mise à profit des arts et des humanités pour coproduire des récits inédits du vieillissement, de sorte à mieux faire connaître et diffuser la richesse, la créativité et les expériences positives, productives et plurielles du vieillissement. Via la création d’une communauté de pratiques intersectorielle et interdisciplinaire, ces récits d’expérience et de savoirs seront coconstruits avec les aîné(e)s et les soignant(e)s en intégrant les approches artistiques. Si obtenus, les fonds seront mobilisés pour développer une demande au programme de subvention Savoir du Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH). Une recension des écrits sur l’intégration des arts en recherche et soins du vieillissement, des rencontres de travail en mode virtuel, un symposium, une plateforme d’échanges virtuelles et de l’analyse qualitative des échanges formels et informels des collaborateurs et partenaires du projet soutiendront le développement de la demande.

Vers des milieux de travail et des milieux de vie en CHSLD contributifs d’une meilleure santé durable des travailleurs, des résidents et de leurs proches

Responsable principale
Isabelle Feillou, Faculté des sciences sociales, Université Laval

Coresponsable
Nathalie Jauvin, INSPQ

Domaine de recherche ou d’intervention: Santé au travail et santé des populations (projet multidisciplinaire), relations industrielles, sociologie du travail, participation sociale, organisation des systèmes de soins dans le système de santé et des services sociaux, aménagement

Les CHSLD sont à la fois des milieux de vie, de soins et de travail mais rares sont les espaces permettant un dialogue entre leurs différents acteurs. Or, ces espaces de dialogue constituent des leviers nécessaires pour créer des organisations capacitantes préservant la santé physique et psychologique, répondant aux différences interindividuelles et favorisant autonomie et apprentissage. Notre projet vise justement à constituer une équipe interdisciplinaire et intersectorielle qui préparera un atelier de réflexion fédérateur qui jettera les bases d’un projet de recherche-action et contribuera: 1) à la création d’un espace de dialogue entre usagers, leurs proches, les gestionnaires et les travailleurs dans les CHSLD et 2) au développement d’interventions innovantes afin de favoriser la santé durable des travailleurs, des résidents et de leurs proches dans ces CHSLD, publics et privés. L’équipe du projet sera constituée de chercheurs et de collaborateurs ayant des perspectives et des expertises complémentaires. Ce financement permettra de développer des collaborations et des connaissances originales issues d’un croisement de perspectives de recherche et de pratique, interdisciplinaires et intersectorielles. Cette initiative vise ultimement à permettre le développement d’interventions innovantes visant à améliorer la santé durable, physique et mentale des travailleurs, des résidents et de leurs proches.

Reconnaissance, valorisation et justice sociale pour les savoirs et les pratiques autochtones par le développement, l’implantation et l’évaluation d’une alliance intersectorielle autour de l’habitation communautaire autochtone au Québec en milieux urbains: Vers une santé durable, équitable, globale et environnementale

Responsable principale
Judith Lapierre, Faculté des sciences infirmières, Université Laval

Coresponsables
Jacinthe Picard, Centre d’amitié autochtone de Québec
André Castonguay, Fédération régionale des OBNL d’habitation de Québec et Chaudière-Appalaches

Domaine de recherche ou d’intervention: Équité, santé préventive

Les peuples autochtones diversifiés sont confrontés non seulement à des inégalités sociales et de santé, mais à des systèmes brimant les droits fondamentaux. Trop souvent victimes d’intimidation, de violence et de sévices issus de systèmes coloniaux altérant les modes de vie, les liens sociaux et créant des fractures identitaires et familiales intergénérationnelles, les Autochtones font face à une pénurie de logements, déterminant proximal de santé, sans précédent. L’instabilité résidentielle, les tensions accrues au sein des ménages et des conditions abominables de logements entravent l’espoir d’une santé collective durable. La santé durable aspire à un état complet de bien-être mais lorsque les processus la déterminant sont défaillants, l’une des priorités qui s’impose est l’innovation dans nos procédures. Notre alliance reconnaît et valorise les savoirs et les pratiques autochtones dans la co-définition d’une habitation communautaire avec soutien gérée par le Centre d’amitié autochtone de Québec. Pour notre alliance apprenante des principes, des valeurs et de la vision du monde autochtone, créer ensemble un milieu de vie autochtone conduit à une santé durable, globale et environnementale. Nous proposons de consolider le partenariat pour déposer un projet d’habitation à la ville, développer une demande de subvention et contribuer à renverser la triple aliénation identitaire, culturelle et territoriale par un processus favorable à l’autodétermination et à la justice sociale.

Groupe de recherche multidisciplinaire sur les habitudes de vapotage: Mieux définir les comportements pour mieux déchiffrer la pathophysiologie pulmonaire

Responsable principal
Mathieu C. Morissette, Faculté de médecine, Université Laval, IUCPQ-Université Laval

Coresponsables
Linda Paquette, UQAC
Andréanne Côté, Faculté de médecine, Université Laval, IUCPQ-Université Laval

Domaine de recherche ou d’intervention: Psychologie, toxicomanie, pneumologie, biologie

Le vapotage est une nouvelle habitude de vie capable de causer la dépendance et à propos de laquelle on ne connaît que très mal les effets sur la santé. Bien que les chercheurs biomédicaux s’attardent à identifier les effets du vapotage, il n’en reste pas moins que la diversité des ingrédients de liquides de vapotage, leurs provenances ainsi que les façons de les vapoter complexifient les recherches. Mieux comprendre les habitudes et comportements de vapotage afin de mieux définir les approches de recherche est essentiel si l’on veut pouvoir identifier des effets que peut avoir le vapotage sur la population. Pour ce faire, nous voulons former un groupe multidisciplinaire de chercheurs en biologie pulmonaire, psychologie, médecine respiratoire et recherche qualitative afin d’identifier les habitudes de vapoteurs adolescents et adultes de la région de Québec. Nous collaborerons avec des membres de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), du Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et des directions scolaires. Des entrevues avec des vapoteurs de tout âge permettront de définir les différentes habitudes particulières au vapotage. À plus long terme, ces travaux serviront à la création de questionnaires complets et mieux amarrés aux vraies habitudes de vapotage de la population afin de poursuivre des études quantitatives plus importantes. Finalement, les informations recueillies permettront de diriger la recherche biomédicale afin de mieux définir les questions de recherche et s’attaquer aux habitudes les plus importantes ou plus à risque de conséquences pour la santé. La santé durable passe premièrement par l’acquisition de connaissances, et le vapotage en est un cas flagrant.

L’équipe Accès-Réadapt: Améliorer l’accès à des services de réadaptation physique dans une perspective de santé durable

Responsable principale
Kadija Perreault, Faculté de médecine, Université Laval

Domaine de recherche ou d’intervention: Accès aux services en réadaptation physique

L’accès à des services publics de réadaptation physique représente actuellement un défi de taille pour la population québécoise, les besoins étant immenses, mais les services limités. Dans le contexte actuel de la pandémie de COVID-19, étudier et assurer un accès équitable et en temps opportun à des services de réadaptation physique est d’autant plus important. La présente proposition vise à soutenir la création et le développement d’une équipe interdisciplinaire et intersectorielle qui agira comme leader scientifique sur l’étude et l’amélioration de l’accès aux services de réadaptation au Québec. Trois activités complémentaires ont été identifiées pour atteindre les objectifs ciblés: 1) évaluation des besoins de services de réadaptation et des stratégies à mettre en place dans le contexte pandémique, 2) réalisation d’un scan environnemental de projets innovants ciblant l’amélioration de l’accès aux services de réadaptation physique au Québec, et 3) réalisation d’activités menant au dépôt d’une demande de subvention d’envergure. L’identification de stratégies efficaces et efficientes améliorant l’accès aux services de réadaptation physique est cruciale dans une perspective de santé durable. Cette proposition permettra de rassembler une équipe composée de chercheurs et d’une diversité d’autres acteurs pour générer des activités de recherche visant à identifier, développer, implanter et évaluer des stratégies pour améliorer l’accès aux services de réadaptation physique.

Projets financés en 2019-2020

Résumés des 6 projets gagnants de l’Appel à propositions 2019-2020


Projet ÉCOLINKT: réunion de planification et ateliers de conception d’un ÉCOsystème informationnel favorisant la création et la partage d’outils de connaissances LIés et adaptés au coNtexte à l’aide d’un wiKi inTerprofessionnel

Patrick Archambault et al., Faculté de médecine, Université Laval, CISSS de Chaudière-Appalaches, CIUSSS de la Capitale-Nationale

La recherche en santé au Canada a une réputation mondiale d’excellence. Malgré ce fait, le Canada peine à transformer ces connaissances en soins de haute qualité. Les chercheurs ont été mis au défi de trouver des solutions qui soutiennent l’implication des utilisateurs locaux dans l’adaptation des outils de connaissances. Le manque d’accès en temps réel à ces outils expose les patients au risque de ne pas recevoir des soins optimaux. Nos résultats préliminaires d’un projet pilote au CISSS de Chaudière-Appalaches testant Microsoft Teams et SharePoint comme outils collaboratifs, choisis par le Ministère de la Santé et des Services sociaux, montrent que ces outils sont appréciés. Cependant, ces logiciels ne répondent pas à tous les besoins exprimés. Objectif: En collaboration avec les gens du terrain, des décideurs et autres, nous proposons une bibliothèque infonuagique d’outils de connaissances pour répondre aux besoins des parties prenantes. Méthodologie: Nous hébergerons notre bibliothèque au sein de PULSAR qui utilisera une infrastructure basée sur WikiSuite. Celle-ci contiendra des outils de connaissances fiables créés en collaboration par et pour: les cliniciens, les patients, les administrateurs et les décideurs. Trois ateliers de conception sont planifiés pour aborder les aspects du développement intégré de notre projet (architecture, droits d’auteur, interface utilisateur) et permettront d’en concevoir les premiers prototypes. Ces ateliers combineront une pensée divergente/convergente pour permettre d’explorer un large éventail d’idées. Résultats attendus: Ce projet renforcera un réseau existant de collaborateurs dans plusieurs domaines et ultimement améliorera la santé des Québécois.

Planification et préparation d’une approche numérique intégrée pour l’évaluation, la promotion et l’intervention en santé durable

Vicky Drapeau et al., Faculté des sciences de l’éducation, Université Laval, IUCPQ-Université Laval

La santé durable est un concept récent qui repose sur une compréhension élargie de la santé et du bien-être et qui comprend tous les facteurs en interrelation et interdépendance qui influencent la santé, en y ajoutant des dimensions de temporalité, d’équité et de pérennité. Elle représente notre point de départ pour concevoir une nouvelle stratégie d’évaluation, de promotion et d’intervention qui pourrait agir en amont, c’est-à-dire avant que les problèmes de santé apparaissent. Ce projet vise à planifier les premières étapes pour la conception et la validation d’une nouvelle méthode d’évaluation de la santé durable qui exploitera le potentiel du numérique et de la science des données. Ce modèle d’évaluation sera dans un premier temps testé auprès des membres de la communauté universitaire (ULaval) afin d’identifier tôt des individus à risque de dévier d’une trajectoire de santé durable et d’améliorer nos capacités à intervenir de façon préventive. Il s’agit d’une étape de faisabilité qui permettra aussi l’identification de différents enjeux reliés à ce projet en vue de préparer une demande de financement plus importante pour réaliser le projet global. En plus de soutenir une nouvelle recherche collaborative en santé durable, ce projet fournira une vision plus complète de la santé de la population en prenant en considération un nombre imposant et varié de déterminants et d’indicateurs de la santé durable; favorisera la prise en charge préventive de sa santé et de son bien-être et donnera des informations aux décideurs (ULaval, Mon équilibre UL) afin de les assister dans la prise de décision et la mise en place de politiques et de programmes en lien avec la santé.

L’hôpital rural «Laboratoire vivant»: mettre en œuvre des solutions pour améliorer les soins d’urgence en milieu rural

Richard Fleet et al., Faculté de médecine, Université Laval, CISSS de Chaudière-Appalaches, CIUSSS de la Capitale-Nationale

Ce projet vise à améliorer la santé des populations rurales, la qualité de l’expérience des soins et la qualité de vie au travail dans les milieux ruraux, via l’implantation d’un laboratoire vivant en santé dans Charlevoix. Le laboratoire sera un milieu expérimental dynamique et innovant où les patients, les communautés, les professionnels et les décideurs collaboreront pour résoudre les problèmes de leur environnement et imaginer l’hôpital rural de demain. Le laboratoire permettra de coconstruire et tester la pertinence clinique et sociale d’innovations choisies, de documenter leur implantation et de favoriser le transfert vers les milieux similaires. Le financement de l’Alliance santé Québec permettra de soutenir la création d’une équipe interdisciplinaire et intersectorielle à même de structurer, porter et concrétiser le projet de laboratoire vivant. Intégrant une philosophie d’innovation sociale, le projet vise, à terme, des retombées sur la santé et le bien-être de la population vivant en milieu rural ou éloigné, grâce à une perspective de santé durable et de développement des régions. Le projet permettra le renforcement de la recherche en santé rurale en créant un hub pour la recherche et le transfert des connaissances. Les retombées seront également positives pour la région de Charlevoix, qui verra son leadership reconnu et qui bénéficiera des retombées concrètes associées à la création du laboratoire sur l’offre et la qualité des services de santé et sur la vitalité économique.

TI2PS (Technologies immersives et interactives pour la santé de tous)

Philip Jackson et al., Faculté des sciences sociales, Université Laval, CIUSSS de la Capitale-Nationale

Les technologies immersives et interactives (par exemple, la réalité virtuelle) sont très prometteuses pour transformer les approches thérapeutiques classiques afin de les rendre plus accessibles, efficaces et efficientes. Ces approches de pointes développées en laboratoire ont de la difficulté à se rendre jusqu’aux patients et c’est là un des buts de cette initiative. Nous croyons qu’accroitre la communication et les interactions entre les milieux de recherche, cliniques et industriels permettra le développement et l’accès à ces nouveaux traitements pour le plus grand nombre. Ainsi, TI2PS regroupera des chercheurs et cliniciens issus des facultés de sciences sociales, des sciences et de génie et de médecine de l’Université Laval et des quatre centres de recherche du CIUSSS de la Capitale-Nationale et de nombreux partenaires cliniques et industriels. La présente opportunité de financement nous permettra de préparer une demande de regroupement stratégique afin de soutenir les collaborations et guider le développement de la recherche vers une santé durable. La création de ce réseau supportera notre demande à la Fondation canadienne pour l’innovation (résultats attendus en novembre 2020) afin d’acquérir et de développer les plus récentes infrastructures dans les domaines de la réadaptation, la santé mentale, en jeunesse et famille, et en santé des populations, soit les domaines rassemblés par les quatre centres de recherche du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Mobilisation des membres actifs partenaires de l’AsQ sur la santé durable de l’enfant: une perspective longitudinale, multifactorielle, écosystémique et transdisciplinaire

Célia Matte-Gagné et al., Faculté des sciences sociales, Université Laval, CIUSSS de la Capitale-Nationale

Ce programme de recherche vise la mise en place d’une infrastructure intersectorielle et interdisciplinaire de recherche en santé durable axée sur une meilleure compréhension des déterminants biologiques et environnementaux de la santé, de la conception à l’âge adulte. Il prend la forme d’un suivi longitudinal d’une cohorte de plusenfants à naître et leur famille. Ces enfants seront évalués périodiquement sur le plan de la croissance à partir de la période prénatale et en période postnatale sur les plans cognitif, social, émotionnel, comportemental, de même qu’au chapitre de la santé mentale et physique. Les mesures des indicateurs de la santé de l’enfant et de ses déterminants seront sélectionnées par un comité d’experts de différentes disciplines sur la base d’études comparables menées au Québec et ailleurs afin d’en favoriser le maillage international. L’utilisation des services publics par les familles et leurs habitudes de vie seront documentées pour évaluer leurs impacts à court et long terme. Cette infrastructure de recherche permettra à un grand nombre de chercheurs de générer de nouvelles connaissances qui feront le pont entre les disciplines et seront d’intérêt pour les professionnels œuvrant auprès des enfants et les décideurs. Elles permettront aussi de mieux comprendre l’efficacité des politiques et services publics et de cibler les programmes de prévention et d’intervention efficaces pour promouvoir la santé durable de l’enfant.

Territorialiser les systèmes alimentaires: une révolution pour la planète et la santé durable

Geneviève Parent et al., Faculté de droit, Université Laval

Notre difficulté à atteindre une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable a un impact extrêmement préoccupant sur la santé humaine et celle de la planète. De plus, la COVID-19 exacerbe les inégalités économiques et révèle les limites du système alimentaire mondialisé (SAM). Alors que notre sécurité alimentaire dépend en majeure partie du SAM, il devient plus que jamais évident que la sécurisation d’un accès équitable à une alimentation de qualité, compatible avec la santé humaine et celle de l’environnement, représente un défi urgent à relever pour les générations présentes et futures. Les chercheurs, de concert avec les parties prenantes de la grande région de Québec, proposent de réfléchir à un système alimentaire territorialisé qui répondra à la volonté d’atteindre plus d’autonomie alimentaire, qui sera en mesure d’assurer la santé des populations et de la planète, tout en démontrant que les systèmes agricoles et alimentaires sont source de valeurs sociales et culturelles, d’emplois et de vitalité économique pour les régions. Le financement obtenu de l’Alliance santé Québec permettra d’entamer ce projet susceptible d’avoir une incidence sociale, environnementale et économique considérable tant au sein de la grande région de Québec et ses 1,3 million d’habitants, que sur la communauté internationale qui entamera en 2021, au sein des Nations Unies, une réflexion sur les systèmes alimentaires.