Projets de marque en santé durable, Alliance santé Québec

Projets de marque reconnus

 

L’Alliance santé Québec a le grand plaisir d’annoncer les projets et les initiatives qui ont reçu le sceau Projet de marque en santé durable, Alliance santé Québec. Nous félicitons les instigateurs et les porteurs de tous ces projets et initiatives qui s’inscrivent dans sa mission et qui sont porteurs de la vision qui anime toute une communauté mobilisée autour du concept de santé durable.

Projet : NutriQuébec : Un projet de société sur les habitudes de vie des Québécois

Personne responsable : Benoît Lamarche, Professeur titulaire, Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, École de nutrition, Université Laval

Considérant le besoin d’évaluer les impacts de la Politique gouvernementale de prévention en santé (PGPS) ainsi que de suivre et d’analyser l’évolution des habitudes alimentaires de la population, le gouvernement du Québec, en partenariat avec une équipe interdisciplinaire de chercheurs, a développé le projet NutriQuébec. NutriQuébec vise à recruter 30 000 adultes québécois qui seront invités à remplir annuellement des questionnaires électroniques portant sur les habitudes de vie (les habitudes alimentaires, le niveau d’activité physique et l’état de santé global (physique, mental, qualité de vie)). Des efforts importants seront consacrés au recrutement et à l’inclusion des populations vulnérables. Au-delà de la mesure des impacts de la PGPS sur les habitudes alimentaires, NutriQuébec permettra de déployer une cohorte suivie sur de nombreuses années qui permettra non seulement d’identifier les déterminants des habitudes alimentaires dans la population, mais aussi de mieux comprendre la relation entre alimentation et santé. Résumé du projet

 

Équipe de recherche « Participation sociale et villes inclusives » (PSVI) – Pour l’accès à des villes inclusives : partenariats et innovations en soutien à la participation sociale des personnes ayant des incapacités

Personne responsable : Émilie Raymond, Professeure agrégée, Faculté des sciences sociales, École de travail social et de criminologie, Université Laval

Les membres de l’équipe de recherche en partenariat « Participation sociale et villes inclusives » (PSVI) sont mobilisés depuis 2012 dans une démarche collaborative qui vise à rendre la ville plus accueillante pour les personnes ayant des incapacités (PAI). L’objectif général de l’équipe PSVI consiste à repenser les conditions de l’urbain afin de permettre aux PAI d’accéder à la ville comme territoire vécu, ainsi que de concrétiser leur droit de « faire la ville », de l’intégrer et de la transformer. En plus de regrouper 25 chercheurs et 17 étudiants, l’équipe PSVI travaille avec 11 partenaires : gouvernement local, centre de réadaptation, réseau de transport, organismes dédiés à la défense des droits, aux services ou aux loisirs dans le champ du handicap, bibliothèques et table de quartier. Ensemble, ils cocréent, expérimentent et évaluent, dans le cadre de recherches-action participatives, des solutions innovantes qui permettent de diminuer les obstacles environnementaux (sociaux et physiques) à la pleine participation sociale des PAI. La programmation souhaite concrétiser le projet de ville inclusive en généralisant l’accès inclusif en tant que mécanisme de conception, de régulation et d’évaluation au cœur de l’écologie urbaine. Résumé du projet

 

Projet : Étude québécoise sur les facteurs de risque associés à la douleur lombaire du Consortium québécois sur la douleur au dos

Personne responsable : Laura Stone, Professeure agrégée, Faculté de médecine dentaire, Université de McGill
Personne responsable pour la région de Québec : Jean-Sébastien Roy, Professeur agrégé, Département de réadaptation, Faculté de médecine, Université Laval

Cette étude a pour objectif d’étudier et d’identifier les facteurs de risque associés au développement de la douleur lombaire chronique (DLC) dans la population québécoise. En se basant sur les forces vives et la multidisciplinarité de 10 équipes de chercheurs à travers le Québec, des priorités de recherche ont été identifiées. Priorités: 1) Comprendre les facteurs de risque (neurologiques / psychologiques / biomécaniques / génétiques / épigénétiques) impliqués dans la transition d’une douleur lombaire aiguë vers une DLC; 2) Identifier des biomarqueurs cliniquement pertinents; 3) Développer des approches de traitement individualisé. Objectifs: 1) Collecte de données biopsychosociales et d’échantillons biologiques auprès de 3000 participants recrutés à l’échelle provinciale et souffrant de douleur lombaire aiguë. 2) Suivi longitudinal de la cohorte de participants sur une durée de deux ans, afin de recueillir des données sur les trajectoires individuelles. Le développement de cette cohorte permet d’offrir aux chercheurs impliqués un accès privilégié à des participants intéressés à participer à des sous-projets visant à identifier les facteurs de risque associés au développement de DLC. Résumé du projet

 

Projet : Une intervention fondée sur 50 ans de recherche fondamentale dans le domaine de l’attachement parent-enfant : la courte histoire de l’intervention relationnelle

Personnes responsables : George Tarabulsy, Professeur, Faculté des sciences sociales, École de psychologie, Université Laval et Claire Baudry, Professeure, Département de psychoéducation, UQTR

Depuis l’automne 2011, cinq centres jeunesse québécois ont implanté une stratégie d’intervention fondée sur les principes de l’attachement parent-enfant : l’intervention relationnelle (IR). L’IR mise sur la rétroaction vidéo et sur une connaissance de la dynamique et de l’attachement parent-enfant pour permettre aux intervenants de mieux soutenir les parents dans leurs interactions avec leurs enfants. Cette stratégie d’intervention est fondée sur la valorisation du rôle parental à travers des observations ciblées qui permettent de reconnaître les aspects favorables du comportement parental et les zones de défis à la base des difficultés relationnelles. L’objectif principal de ce projet est l’amélioration des comportements parentaux à l’égard des enfants. Les objectifs secondaires sont en lien avec la sécurité d’attachement de l’enfant et l’amélioration du développement de ce dernier dans différentes contextes et sphères. L’IR est présentement en implantation dans d’autres territoires québécois ainsi qu’en France, en Belgique et en Colombie. Résumé du projet

 

Projet : Disability, Employment, and Public Policies​ Initiative (DEPPI)

Personne responsable : Charles Bellemare, Professeur titulaire, Département d’économique, Faculté des sciences sociales, Université Laval

Ce projet explorera les pistes de solutions visant une diminution de la discrimination à l’embauche des personnes handicapées. Il documentera également leur situation et leurs expériences ainsi que la perception des employeurs à l’égard de ce type de travailleurs. Les retombées du projet visent à influencer les autorités gouvernementales dans l’élaboration de politiques favorisant l’accès à l’emploi pour les personnes aux prises avec des incapacités et, par conséquent, à réduire les inégalités sociales et leur effet négatif sur la santé. En plus de 12 chercheurs œuvrant dans différents domaines, l’initiative s’appuie également sur de solides partenariats avec plusieurs organisations (firmes privées, Ministère du travail, de l’emploi, et de la solidarité sociale, organismes communautaire). Résumé du projet

 

Projet : INSÉPArable : Approche de design et formation des infirmiers(ères) à la sécurité des patients : élaboration d’un portfolio professionnel «réflexif» pour une continuité plus efficace des compétences entre le milieu académique et le milieu de travail

Personne responsable : Daphney St-Germain, Professeure agrégée, Faculté des sciences infirmières, Université Laval

Ce projet vise à renforcer l’acquisition de connaissances et le maintien des compétences en matière de sécurité des patients chez les infirmiers et les infirmières, et ce, peu importe les circonstances de l’environnement organisationnel. Le projet permettra de considérer le bien-être du patient à partir de l’écosystème de soin autant dans ses dimensions physiques, psychologiques, psychosociales que spirituelles afin de soutenir son retour à la santé tout en favorisant une amélioration continue de la qualité dans les milieux de travail avec une perspective humaniste et de santé durable. Les résultats du projet pourront être diffusés auprès d’autres disciplines afin qu’un plus grand ensemble de professionnels de la santé puissent bénéficier de ces travaux. Résumé du projet

 

Projet : Approche globale des Cercles préventifs : levier au pouvoir d’agir, à l’autonomisation et à la santé

Personne responsable : Judith Lapierre, Professeure agrégée, Faculté des sciences infirmières, Université Laval

Ce projet consiste à implanter en région de Québec un programme en saines habitudes de vie pour les familles de milieux vulnérables. Le programme mise sur l’approche motivationnelle et le changement de comportements et propose une série d’ateliers axée sur les connaissances pour favoriser la littératie en santé et est axé surtout sur les compétences des jeunes familles dans l’exercice de choix santé pour soutenir l’équité en santé.  Trois impacts majeurs sont attendus : renforcer le pouvoir d’agir des personnes et des familles en matière d’exercice de choix santé et de saines habitudes de vie, soutenir l’autonomisation des familles dans l’autogestion de leur santé et ultimement une santé améliorée. L’approche est inspirée des Hans Kai du Japon et agit à la fois sur les individus, mais aussi sur la collectivité par le renforcement du filet de sécurité sociale qui se crée par le groupe réuni autour des enjeux d’habitudes de vie et d’environnements favorables (famille, école, travail, communauté). Résumé du projet